Accueil > Dossiers > Turquie-Kurdistan > Turquie : Les policiers hilares voulaient prendre un selfie avec un suspect (...)

11 novembre 2016

Turquie : Les policiers hilares voulaient prendre un selfie avec un suspect du massacre d’Ankara

Le 10 octobre 2015, un kamikaze de l’Etat Islamique faisait exploser sa ceinture dans un rassemblement pour la paix appelé par le HDP à Ankara. 103 manifestants furent tués. Le procès du présumé chauffeur du kamikaze s’est ouvert ce 7 novembre. Dans son témoignage, le suspect nie être lié à Daesh ou au massacre tout en reconnaissant avoir fait le voyage entre Gaziantep et Ankara ce jour là. Il rend compte de la sympathie avec laquelle il aurait été traité par les policiers qui l’ont arrêté. Plutôt que de l’emmener au commissariat, il l’auraient emmené dans un jardin de thé, l’auraient félicité en riant : "quelques gosses sont morts mais ça ne compte pas" et auraient pris des selfies avec lui, tout en lui assurant qu’il ne ferait que trois mois de prison. Il prétend ensuite avoir été piégé par des policiers gülenistes. La voiture du kamikaze a été louée en son nom, il possédait une carte d’identité de l’Etat Islamique et avait reçu de l’argent de Daesh.

Le massacre du 10 octobre 2015 à Ankara faisait suite à d’autres massacres contre la gauche turque et kurde, à Amed/Diyarbakir et à Suruç. Il avait déclenché un cessez-le-feu unilatéral de la part du PKK   et deux jours de grève général en Turquie.

Les drapeaux du HDP jonchent le sol lorsqu'ils ne servent pas à recouvrir des cadavres. Les drapeaux du HDP jonchent le sol lorsqu’ils ne servent pas à recouvrir des cadavres.

Voir le dossier: Turquie-Kurdistan avec les tags: - - - Nos sources
SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?