Accueil du site > Dossiers > Techniques de la répression > Allemagne : A propos des agents étrangers infiltrés

26 février 2011

Allemagne : A propos des agents étrangers infiltrés

Le rapport présenté le 26 janvier 2011 par le directeur du BKA  , Joerg Ziercke, au Comité des Affaires Intérieurs du Bundestag, aborde les opérations d’agents étrangers en Allemagne. Ces opérations sont habituelles contre "l’euro-anarchisme" (sic) et le hooliganisme. La législation allemande ne traite pas les agents étrangers comme des membres de la police allemande, mais comme "personnes confidentielles", ce qui leur permet d’opérer en toute liberté : ils n’ont par exemple pas besoin d’une autorisation du juge pour pénétrer dans la sphère privée. Mais officiellement il ne leur est pas permis de commettre des délits, même pour soutenir leur couverture. Chaque mission d’agent étranger doit être annoncée et faire l’objet d’une autorisation. Le cadre légal est un traité bilatéral entre les pays concernés ou l’Article 14 de la "Convention sur l’Aide Mutuelle dans des Matières Criminelles entre les États membres de l’Union Européenne" (la Convention MLA). Les détails sont fixés dans un contrat européen standard nommé "Protocole d’accord" (MoU) qui définit les droits et devoirs (comme l’envoi de rapports réguliers à la police du pays d’accueil).

La communication entre l’agent étranger et les autorités allemandes de police est faite via son agent-traitant (qui accompagne en principe l’infiltré à l’étranger). La police allemande elle-même ne connait pas le véritable nom de l’infiltré étranger. Pour sa part, la police d’État du Land de Berlin avait infiltré cinq agents dans le camp anti-G8 de 2005, à Gleneagles. Ils ont été traités par la National Public Order Intelligence Unit (NPOIU) et la Police de Londres. La NPOIU organise les missions d’agents partout le Royaume-Uni et traite les agents étrangers.

En Allemagne, l’agent Kennedy ("Mark Stone") a été coatché par des policiers allemands pour faciliter son infiltration dans les mouvements anti-G8 et anti-OTAN. Le BKA   a co-organisé avec le Land de Berlin une action pour améliorer la couverture de Kennedy. Dans cette affaire (l’incendie d’une benne à ordure en décembre 2007), Kennedy est passé devant un tribunal berlinois. Le procureur, le juge et la police locale ignoraient qu’il s’agissait d’une mise en scène. (notons quze les incendies de voitures et de bennes à ordures sont fortement réprimées à Berlin fortement criminalisé depuis la campagne militante qui a suivi le G8 à Heiligendamm en 2007). A Heiligendamm, Kennedy était avec son agent-traitant britannique et un agent-traitant allemand. Celui-ci était posté au siège provisoire pour le sommet nommé "Kavala". C’est "Kavala" qui a délibérément manipulé les tribunaux, jusqu’à la cour constitutionnelle, en produisant des bilans exagéré (500 policiers "lourdement blessé") et des rapports mensongers d’agents infiltrés, pour obtenir l’interdiction de nombreuses manifestations. Ils y avait plusieurs agents étrangers infiltrés au G8. Ziercke a évoqué deux noms "connus", Boyling et Jacobs, et trois ou quatre autres.

SPIP | Plan du site | Qu'est-ce que le RSS?